Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
 
        L’amateur est pris dans les racines de l’amour.
   Mais s’il consacre son cœur, ses loisirs, ses pensées à son art, il n’en est pas pour autant pris au sérieux : tant de travail, tant d’efforts, tant d’énergie investis pourtant balayés d’un mot : l’amateurisme !
Ce trait maladroit, ce cadrage inconvenant, ces couleurs détonantes, ces contrastes délirants, ces harmonies étranges, ces sujets aux lignes hésitantes font crier au génie de l’artiste, à l’insuffisance de l’amateur. L’un provoque l’extase, l’autre le mépris. Courtois, bienveillant, paternel…
   Et pourtant la souffrance est partagée devant la toile blanche : le tourment du geste approprié, la torture des choix  techniques… Puis l’inquiétude du regard de l’autre…
Les mêmes affres. Voire pire.
   Car autodidacte, l’amateur ne se repose pas dans le confort d’une école, dans la sécurité d’une académie. Le doute infini, inextinguible. Le soupçon : la sincérité de ces encouragements amicaux ? Pertinence ou aveuglement la critique flatteuse d’un parent ?
    La différence entre l’artiste et l’amateur serait donc l’insuffisance inquiète de l’un et la certitude intime, indéracinable que le premier aurait de son art ?
    Dès lors comment échapper à ce mal être, à ce mal vivre, à cet injuste désamour, cette impossible reconnaissance, ce préjugé fleur de lys ?
Sourire avec sympathie de son œuvre. Ou bien prendre une indifférente distance avec sa production. Ou encore… se maintenir dans un combat vain, rageur et sans fin pour exprimer approximativement sa vision du monde.

Avec le PABe , nous avons décidé d’accepter dans la joie notre infirmité, décidé de la transcender, de la sublimer. De l’assumer, de nous révéler dans la solidarité et la sororité. Et par quel lien, quel liant créer cette résilien
 La  MARTINIQUE .
L’amour que nous lui portons.

Elle est notre inspiratrice, notre grande maternante. Et porte sur notre création balbutiante son regard généreux et ouvert. Plus que sa tolérance, son affection.
Consolante et encourageante, elle nous confirme dans l’idée que nos tâtonnements ouvriront le chemin à d’autres talents, appelleront à d’autres germinations…

Déjà, notre groupe, le PABe, est notre, est Sa, plus belle création.
 

Partager cette page

Repost 0
Published by